Mise en avant

Publication de Noces / Nozze

Ùn circhemu nè lezziò, nè l’amara filusufia ch’omu chere à a grandezza. Fora di u sole, di i basgi è di i muschi salvatichi, tuttu ci pare leggeru. Ùn cercu micca à stà ci solu. Spessu, ci sò andatu cun quelli ch’o tenia cari è lighjia nant’à e so righe a risa chjara ch’ellu ci pigliava u visu di l’amore.

C’est en 1937 qu’Albert Camus publie Noces.

Dans cet ouvrage, l’Algérie est pareille à une certaine Corse enfouie que j’ai reconnue au fil des pages, sans avoir été moi-même capable de l’exprimer. Sa description de Tipasa, de Djémila et d’autres lieux de son Algérie natale agit comme un révélateur de l’île. Plus encore, il va chercher une expérience absolue de la vie dans la beauté des corps, le tragique des pierres et la témérité de la flore.

Noces fonde le cycle de l’absurde. Et chez Camus, l’absurde n’exclut pas la révolte, l’indiatura.

Cette traduction fut pour moi l’occasion de dire avec le corse l’indicible et l’évident. Tout cela m’était inaccessible. Que ce nouvel objet de l’un des plus grands écrivains, Prix Nobel de littérature en 1957, soit l’occasion de donner une nouvelle actualité à son œuvre.

En effleurant ces pages, le lecteur sera saisi par la force vitale du tragique. Si tel est le cas, qu’il s’y abandonne tout entier.

En cela, il sera accompagné par les illustrations de l’artiste visuelle algérienne Fella Tamzali et les clichés de la photographe corse Rita Scaglia que je tiens à remercier.

Noces/Nozze est publié aux éditions Albiana, grâce à l’aimable autorisation des éditions Gallimard, le soutien de la Collectivité de Corse, de l’Université de Corse, de l’UMR LISA et de la Chaire Unesco Devenirs en Méditerranée.

Conférence et dédicace au salon de la chasse à L’Isula Rossa le 15 avril 2023

À l’invitu di l’associu di i cummercianti è di l’artisgiani di l’Isula Rossa, presenteraghju u libru Sur les terrains du discours corse u 15 d’aprile.

Caccia d’oru.

Presentazione

Sébastien Quenot est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Corse.

Il est responsable de l’équipe Identités, cultures, processus de patrimonialisation de l’UMR LISA 6240, responsable de la Chaire UNESCO Devenirs en Méditerranée, du projet Boost Cultural Competences in Corsica ainsi que de l’action ATLAS Application et Transfert pour L’Aménagement Sociolinguistique du Tourism’lab de l’ANR PIA 4 UNITI (UNIversité : pour la Transformation au service des territoires Insulaires méditerranéens). Il est également membre du comité scientifique et du comité de lecture de la revue Lumi.

Dans son dernier ouvrage « Sur les terrains du discours corse », publié en avril 2023, il analyse les mutations des identifications et du sentiment d’appartenance à la Corse au prisme des marchandises émotionnelles et de la sportification des sociétés, entre reconnaissance, réification et ressentiment. Son expérience au sein de la Collectivité territoriale de Corse, en tant que chef de service du conseil linguistique puis directeur de cabinet du Président de l’Assemblée de Corse l’a amené à travailler sur les politiques publiques dans les domaines des droits, de la planification et de l’observation sociolinguistiques comme sur l’ensemble des problématiques institutionnelles, sociales, écologiques et économiques de l’île.

Sébastien Quenot is a lecturer at the University of Corsica. He is in charge of the Identity, Culture, and Heritage Processes team at UMR LISA 6240, and is also responsible for the UNESCO Chair in Becoming in the Mediterranean, the Boost Cultural Competences in Corsica project, as well as the ATLAS Application et Transfert pour L’Aménagement Sociolinguistique du Tourism’lab project of the ANR PIA 4 UNITI (UNIversité: pour la Transformation au service des territoires Insulaires méditerranéens). He is also a member of the scientific committee and the reading committee of the journal Lumi.

In his latest book “Sur les terrains du discours corse”, published in April 2023, he analyzes the mutations of identifications and the feeling of belonging to Corsica through the prism of emotional goods and the sportification of societies, between recognition, reification and resentment. His experience within the Collectivité territoriale de Corse, as head of the linguistic council department and then as chief of staff to the President of the Assembly of Corsica, has led him to work on public policies in the fields of rights, planning and sociolinguistic observation, as well as on all of the island’s institutional, social, ecological and economic issues.

CV à télécharger ci-dessous:

Pensées insulaires: approches socio-culturelles

Le titre du livre peut apparaitre comme un oxymore.

Hors de l’île, et parfois même sur les îles elles-mêmes, l’insularité renvoie au sauvage et aux loisirs, à l’irrationnel aux émotions. Il existe pourtant des pensées insulaires. Cet ouvrage auquel j’ai pu participer témoigne de ces mouvements et circulations. Je m’intéresse ici à “l’extension polyglotte des littératures insulaires”.

Un grand merci à Catherine Pélage, Françoise Morcillo et Mayume Shimosakaï.

Pensées insulaires, Aspirations socio-culturelles.
L'extension polyglotte des littératures insulaires: le cas de la Corse
L’extension polyglotte des littératures insulaires: le cas de la Corse

Le français, seule langue de l’Assemblée de Corse ?

À l’invitu di Montse Sendra, a mo cuntribuzione à a pulemica liata à a censura di u regulamentu internu di l’Assemblea di Corsica nant’à u blog di a Revista Llengua i Dret.

Le français, seule langue de l’Assemblée de Corse? #RLDeapc

Inauguration de la Chaire Unesco Devenirs en Méditerranée

L’Université de Corse organise le 13 décembre 2022 la cérémonie d’inauguration de la Chaire Unesco “Devenirs en Méditerranée”.

Affiche de la Chaire Unesco Devenirs en Méditerranée de l’Université de Corse

Après les mots d’accueil des responsables de la Chaire Sébastien Quenot et Caroline Tafani, ainsi que les discours officiels, la journée débutera par un échange littéraire “Témoignages de la Méditerranée, personnage de nos imaginaires” lors d’une table ronde animée par Kévin Petroni réunissant les auteurs Marie Ferranti, Mathias Enard et Jérôme Ferrari. La journée se poursuivra par la présentation des cinq axes de recherche : recherche contributive aux imaginaires méditerranéens, diètes méditerranéennes, futurs du travail, éducation au temps de l’anthropocène, Paoli-Napoléon.

Nous recevrons également des responsables d’autres chaires Unesco issus du bassin méditerranéen.  

Nos doctorants investis au sein du projet  présenteront leurs travaux transdisciplinaires, y compris en sociolinguistique, sur la thématique de l’anticipation.

La journée se conclura par un échange entre Boris Cyrulnik et Tony Casalonga.

Inauguration de la Chaire Unesco Devenirs en Méditerranée de l’Université de Corse

La cérémonie sera accessible en ligne sur le lien suivant :  https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_YjMzYjc2MTgtN2NhZi00ZTJkLTg1YjAtYzNhZjU5NThiMTI3%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%2298cf6e20-76a4-49cf-b24b-5c2c7b530ca0%22%2c%22Oid%22%3a%226be8c9d4-6e0c-4043-9763-c17f703bf47e%22%7d

Pour suivre nos actualités :

  • sur Twitter: @ChaireUnescoMed
  • sur Instagram : UnescoDevenirsEnMediterranee

Una Scola nova per a Corsica

Monsieur le Directeur de l’INSPE de l’Université de Corse,

Monsieur le Recteur de l’Académie de Corse,

 « Ùn c’hè forse Nazione più studiosa » chè a nostra. Cusì scrivia u Balaninu Don Gregoriu Salvini in a so famosa Giustificazione di a rivuluzione di Corsica. « Il n’y a sans doute pas de nation plus studieuse que la nôtre ». Al di là di u lirisimu di Salvini, u solu fattu di scrive st’infrasata alzava digià l’educazione è a giuventù altu altu in e priurità di i naziunali di Pasquale Paoli. « Ùn c’hè forse Nazione più studiosa » chè a nostra, era un filare testamentu tramandatu finu à noi da tene a strada di u studià, vole si dì a strada di a libertà. Eranu digià quesse e petre, e fundazione d’una civilisazione in anda.

Oghje ghjornu in Corsica, ci serebbe da crede ch’ellu si possa riesce in a vita senza sapè, senza studià, senza amparà. Ùn ci hè più grande sbagliu. Oghje, una forma di turisimu è di speculazione danu u sintimu ch’ellu si possa campà senza amparà è certe volte, senza strazià nè travaglià. A Scola chè sunnieghju deve risponde à sfide maiò è difficiule à cuncilià per a Corsica.

Una Scola nova per a Corsica

Sta scola nova per a Corsica deve amparà à amparà, amparà à lià i sapè, amparà à scuntrà è à lià l’omi trà d’elli, amparà à scuntrà lingue, autori, idee, cuncetti è culture. Sta scola nova per a Corsica deve amparà à liberà si per esse un omu o una donna. Deve trasmette una civilisazione latina, euro-mediterranea fatta d’Omeru, Dante, Da Vinci, Paoli, ma dinù di ghjente cum’è Ghjuvanni Nicoli, Ghjacumu Thiers, Fusina, Rocchi, Ferrari, Ferranti… In un mondu chì si move altrò, d’una parte versu l’Americhe, da l’altra versu l’Africa è l’Asia, ci tocca à cunosce è à apprufundisce e nostre radiche per pudè andà al di là di e cunfine di i nostri lochi. C’est précisément cet objectif que nous poursuivons avec la Chaire UNESCO Devenirs en Méditerranée dont la cérémonie d’inauguration, à laquelle vous êtes invités, se tiendra le 13 décembre prochain.

Una Scola bislingua per custruisce rilazione

In sta Scola nova, dumandemu à i zitelli di riceve a nostra cultura, cultura chè no straziemu noi à trasmette, cultura di valori è d’amore, cultura cum’è manera d’esse à u mondu, è manera di tene caru, di curà a nostra terra, i nostri paisani è d’accoglie u furesteru cum’è u vicinu.

Hè una respunsabilità decisiva s’è ùn vulemu micca rompe u filu d’anni è anni di cunniscenze mai stantarate ma in mossa sempre chì facenu u nostru campà. Cumu custruisce l’individualità, a persunalità, l’identità è a singularità di i nostri zitelli s’è ùn simu micca capaci, da l’altu di a nostra piccula cumunità in periculu di 350 000 fiati, di trasmette a nostra identità culturale ? « Amparà à esse chjucu », puderebbe dì u pueta Alanu Di Meglio, ghjè amparà à travaglià ancu di più per u cumunu, per u bè cumunu. Sta scola per a Corsica, ch’ella sia capace à custruisce rilazione senza sguassà nè identità, nè alterità, nè diversità. Da tempi è tempi, a scola monolingua francese avia per scopu l’assimilazione di tutti, da Dunkerque à Tamanrasset. Oghje, e nostre scole bi/plurilingue anu da avè d’altri scopi, ùn vogliu dì a sfarenziazione di tutti à tutti i patti, ùn dicu micca a cultura di u particularisimu, ma a trasmissione tranquilla di u nostru eredu cù a capacità di custruisce rilazione pare, uguale è ghjuste. L’unifurmità mi pare esse una forma d’infirmità, una malatia di a mundialisazione. Invece, « l’arradichera », « l’enracinement » di a filosofa Simone Weil mi pare ch’ellu fussi un bisognu fundivu di l’omu. Sta dumanda di ricunniscenza ch’ella deve dà l’istituzione à a nostra lingua, puntellu di e nostre identificazione, puntellu di a nostra cultura cumuna, di a nostra capacità à custruisce rilazione in u « Tuttu mondu », dans le « Tout-monde » cher à Edouard Glissant, cette demande de reconnaissance est en réalité un besoin humain fondamental. L’anthropocène nous appelle aussi à revoir nos métarécits. Qu’est-ce que le progrès ? Qu’est-ce qu’un homme, lorsque l’on voit aussi loin que James Webb nous le permet, qu’est-ce que la civilisation lorsque la menace de l’atome pèse à nouveau au cœur même de l’Europe ?

Pour un système éducatif corse

Dans le contexte éducatif qui est le nôtre, en Corse, au sein d’une île d’Europe et de Méditerranée, où les inégalités sont plus fortes qu’ailleurs, plus forte encore que dans le système éducatif le plus inégalitaire de l’OCDE, l’impératif de conserver notre héritage linguistique et culturel relève de l’urgence absolue. La rupture de la transmission familiale de la langue corse transfère désormais à l’Ecole la part la plus significative du projet culturel d’émancipation qui est le nôtre. Nous sommes exigeants pour la langue corse, pour des raisons patrimoniales, mais aussi pour des raisons économiques car elle nous ouvre sur la Méditerranée. Alors Monsieur le Recteur, peut-on admettre qu’une école est bilingue lorsqu’elle ne compte qu’un professeur habilité sur trois ? Qu’une filière du secondaire est bilingue lorsqu’un seul enseignant est habilité ? Quand pourra-t-on disposer d’une charte des écoles, des collèges et des lycées ? Pourquoi les filières voiles, CHA, montagne et d’autres encore entrent en concurrence avec les filières bilingues alors même que nos bergers, nos marins ou nos musiciens ne séparent pas leurs activités de leur langue ? Peut-on se satisfaire d’observer chaque année une diminution du nombre de corsophones ? Doit-on se résoudre à dénombrer les jeunes sortir du système éducatif sans atteindre les compétences de base en langue corse et déplorer 21 ans après la publication des circulaires Lang, un recrutement majoritaire de professeurs des écoles monolingues? Doit-on croire que l’on devient professeur corsophone de DNL avec seulement 120 heures de formation ? Est-il exact qu’au rythme de 40 personnels habilités par an, il faudra encore 40 ans pour que le système éducatif devienne bilingue ? Doit-on fermer les yeux sur les processus d’ethnicisation de l’école publique, d’évitement scolaire, de gentrification linguistique alors que l’Ecole doit brasser et créer du commun, y compris par a langue corse en proposant, comme en Catalogne, une voie unique, égale, performante à chacun ? N’est-ce pas la dualisation de l’Ecole au motif du libre choix des parents qui suscite du communautarisme ? Si je suis favorable à une certaine spécialisation, je suis aussi pour que le corse soit une langue de la société, une langue de la citoyenneté et du citoyen. J’emprunte ici les termes à Ghjacumu Thiers avec lequel nous avions élaboré un plan d’enseignement du corse en 2004 suite à un colloque déjà intitulé « Enseignement ou éducation bilingue »… Certains sont encore ici dans cet amphi. Outre la spécialisation pour certains, la généralisation de l’enseignement avec pour objectif la corsophonisation à 100% d’une classe d’âge doit structurer toute notre politique éducative. L’école, et j’entends par là le socle commun de connaissances, de compétences et de culture doit produire en même temps, des locuteurs de langue française, de langue corse, d’anglais et d’une autre langue étrangère au choix.

Ce projet éducatif et culturel, gageons que chacun ici puisse en prendre sa part. Des espaces comme le Conseil Académique Territorial pourraient nous permettre de l’élaborer de concert. La Corse a besoin de consensus quant au projet éducatif et linguistique et de planifier ses politiques publiques. Une opération que nous portons au sujet du PIA excellence UNITI nous permettra de travailler à la formation sociolinguistique des acteurs de terrain. Le futur projet éducatif de l’île devra, et je ne doute pas que vous partagez ces soucis, prendre la mesure de la situation éducative de la Corse dans ses dimensions sociales et culturelles, tant en termes de décrochage et de persistance scolaires que de motivation, notamment dans les territoires les plus impactés par le tout-tourisme où l’Ecole, le savoir et la culture sont concurrencés par d’autres valeurs, plus matérielles. Les enjeux liés à la gestion de la diversité culturelle nous appellent à construire un interculturalisme corse.

Chers étudiants, votre formation vous apprendra à construire des relations sans rien effacer de l’identité des enfants. Aujourd’hui, dans un monde toujours plus interconnecté, nos écoles qui éduquent des enfants dont l’espérance de vie dépasse la limite de notre siècle, nos enfants devront forcément être bi/plurilingues et nos écoles immersives. L’immersion est un bien grand mot. L’enseignement immersif représente au mieux 864 heures par an pour environ 4368 heures d’éveil, soit 1/5 du temps. Il ne s’agit pas de rechercher la différenciation à tout prix, de cultiver la culture du particularisme, mais d’assurer la part de la conservation culturelle qui revient à votre génération en donnant aux plus jeunes tout le loisir de créer. Ils pourront ainsi construire des relations plus équilibrées, égales et justes. L’Ecole a un rôle majeur à jouer dans la construction d’un chemin, d’un commun, entre la tendance à l’uniformisation produite par la mondialisation et la culture du particularisme qui nait en réaction et qui ne crée parfois aucune relation. Partout en Europe, les régions, les territoires, voire les nations sans Etat disposent de compétences éducatives plus larges que les nôtres. Partout, on y réussit beaucoup mieux ! Les présentations du NPLD de ce matin nous l’ont montré.

Una Scola per a quarta rivuluzione industriale

Sta Scola nova per a Corsica deve fà fronte dinù à a multiplicità di e cunniscenze da accatastà è da intreccià, per via di tutte l’attese chè no mettimu nant’à ella è nant’à i prufessori. À l’età di a quarta rivuluzione industriale, l’evuluzione sprupusitata è mai cusì lesta di e tennulugie è di u bisognu d’ammaestrà le da u puntu di vista tennicu, cum’è da u puntu di vista filosoficu dà d’altre missione à a Scola. A nostra generazione si ritrova di fronte à una rivuluzione numerica chì cambia tuttu. Cambia u nostru raportu à u locu. Cambia e suciabilità è i raporti d’auturità. Avemu più « amichi » nant’à e rete suciale chè in carrughju è passemu più tempu di fronte à i screni chè à tavulinu in famiglia. Cambia a piazza è u statutu di i sapè, da tantu chì si trovanu tutti i cuntenuti è tutte e teurie nant’à Internet, in testu o in videò. Cambia a nostra libertà, da tantu chè no simu filmati, arrigistrati, seguitati in tutte e nostre ricerche, in tutti i nostri spiazzamenti. Cambia u travagliu, da tantu ch’elle sò mosse e pussibilità di gestisce è di cuntà, di scrive è di cummunicà, di pensà è di fà cù i tanti attrazzi numerichi. L’intelligenza artificiale arreca digià evuluzione chì ci tocca à capisce, à regulà è à anticipà. Ci tocca à amparà à i zitelli à creà è à ammaestrà sti strumenti.

Una Scola per una cultura terriana è critica

A Scola per a Corsica deve rivalutà a piazza di u sapè in a sucetà. In un mondu duve tuttu vene spianatu, duve certe volte credenze è sapè diventanu pari, ci tocca à rivalutà a Scola è u prufessore. Certe volte, a Scola hà abbandunatu a so missione d’appruntera di u spiritu criticu per d’altre più liate à l’urgenza suciale di l’epica cum’è l’inserzione prufessiunale, ma s’è a Scola deve amparà un affare solu, ghjè à esse criticu, è dunque à esse liberu. Hè moltu più impurtante chì secondu à Noam Chomsky, « a prova di piglià cuntrollu di e nostre vite hè un andatura maiò di a storia di u mondu ». Per parà la, ci tocca à custruisce un attitudine di spiritu criticu à i zitelli dendu li l’attrazzi tutti di a cultura generale cù l’eredu di tutte e discipline literarie, linguistiche, storiche, trà civilisazione è umanità, cù l’affollu di e tenniche e più muderne da e matematiche à l’infurmatica passendu per a fisica o a biulugia. S’è a mundialisazione ùn hè una scelta, ci tocca à custruisce una mundialità scelta à prò d’un etica di l’umanità, d’un identità terriana, trà leia à u territoriu è appartinanza à a Terra cum’è pianeta. Cù a mundialisazione, a gestione di a diversità culturale, a gestione di l’urgenza climatica è eculogica è a gestione di a rivuluzione numerica dumandanu più chè mai una visione cumplessa di u mondu è di a sucetà malgratu l’incertezze.

Una Scola per campà in a sucetà

Sta Scola nova per a Corsica deve appruntà i zitelli à fà si una piazza in a sucetà. « Je découvrais les livres, où l’on peut s’ensevelir aussi bien que sous les jupes triomphales du ciel » écrit Pierre Michon, dans Vies minuscules. Qui d’entre nous pourrait découvrir le ciel et des livres comme on découvre des jupes et dans le même mouvement, « s’extasier de ne pas participer » à la marche du monde ? Initier au mystère, susciter le désir de savoir, a scuperta di u mondu, ghjè u primu passu versu a cuscenza di l’alterità, di i so duveri è di e so respunsabilità di citadinu. Un citoyen n’a pas de frontière, faudra-t-il qu’il dispose d’un portefeuille pour qu’il puisse se construire par la consommation de biens, de marchandises émotionnelles dirait Eva Illouz, d’objets relationnels comme autant de doudous plutôt que d’une langue qui n’a pas de prix. « Citoyen du ciel », expression de Pasquale Paoli, y recouvre aujourd’hui non pas son actualité mais son intemporalité.

A Scola hè una mascina putente capace à accresce a felicità di l’omi. Sta sperenza, sta cunfidenza ch’avemu in l’educazione è a cultura cum’è cundizione di l’allevu, di l’altezza è di l’altura di l’omi, a vulia sparte cun voi, ghjè u nostru Credo chì cù u pueta Patriziu Croce, u mo anzianu prufessore :

« Sunnieghju arrittu di capu ind’è e stelle,

Incù le bracce sparte è l’ochji à l’orizonte.

I pedi nant’à u scogliu di chì seguiterà

Nant’à a terra di Corsica ».

 A ringrazià vi.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search